13 réflexions d’une maman hypersensible de plus en plus zen (partie 2)

Etre une femme libre

La meilleure saveur du zen, c’est la liberté.

Essayez de décrire le gout d’une mangue à quelqu’un qui n’en a jamais mangé. C’est impossible. Il faut vraiment en faire l’expérience, hein ?

C’est pareil pour la liberté. On connaît le gout de la liberté quand on a gouté à la pleine conscience.

Au village des Pruniers, on ne se contente pas de parler de la mangue, on la mange.

On ne se contente pas de parler de liberté, on la vit, on l’expérimente.

Et on comprend que ça ne sert à rien de passer son temps à chercher un moyen d’être libre. Notre liberté est dans le moment présent, à chaque pas, à chaque respiration.

Une petite mise à jour

Chaque séjour aux Pruniers se suit mais ne se ressemble pas. Cette année, l’immobilité m’effraie, me tend, tout mon abdomen est tendu. Ça me stresse. Ce n’est pourtant pas le but d’un tel séjour !

Par contre la marche méditative me fait du bien. Le mouvement me fait me sentir vivante. Le yoga me relaxe. Cela me canalise, m’apaise.

Alors que la méditation assise m’a fait du bien pendant des années, en ce moment de ma vie, c’est le mouvement qui m’aide à me sentir présente et à me ressourcer.

Et vous, qu’est-ce qui vous ressource en ce moment ?

Pensez à ajuster en fonction de ce qui vous ressource aujourd’hui et qui peut être différent de l’année dernière.
Une bonne sieste, ne pas bouger et écouter la musique ou au contraire faire du sport, vous balader ?

Vivre la simplicité

Au Pruniers, nous participons à la méditation du service. C’est à dire que 2 ou 3 fois par semaine, nous travaillons en pleine conscience pour la communauté. ça peut être : faire à manger, jardiner, préparer le thé, recycler les déchets, ranger les aliments…

J’ai eu le plaisir de faire la méditation de service à la Happy Farm. La ferme du hameau du bas où les sœurs font pousser les légumes qu’elles consomment.

C’était top.

Un beau soleil de printemps, les mains dans la terre. Une belle terre vivante avec plein de vers de terre sympa.

Et j’ai pris le temps de vivre cette activité en prenant du plaisir. Sans stress de résultat.

Ce qui est fait, est fait.

Ça fait longtemps que je n’avais pas ressenti ce plaisir simple.

Pour moi, trop souvent, ce qui est à faire doit être fait.

Et tant que ce ne sera pas fait, je ne mériterai pas de me reposer ou de prendre du plaisir.

Le problème c’est que la liste de choses à faire est infinie ! Elle se remplit plus vite qu’elle ne se vide.

Alors je me rappelle chaque jour de lâcher cette obsession du résultat et de revenir à ce qui est présent et à ce qui compte vraiment.

Le voyage est la destination

Vous connaissez cette citation de Confucius « Le voyage est la destination » ?. Aussi traduite par « L’important ce n’est pas la destination, c’est le voyage »

Répétez la, intégrez la car on a trop tendance à l’oublier.

Qu’est ce qu’on attend avant de vivre pleinement et sainement ?

Que notre corps soit malade, que les enfants soient grands, qu’on ait plus de ci ou de ça ? Plus d’argent, plus de temps, moins de soucis ….

Et s’y on y allait à fond maintenant. Enfin, à fond et à notre rythme en même temps. Doucement mais sûrement. Mais tout de suite !

Ne cherchons plus d’excuse pour agir, pour choisir ce que nous voulons vivre.
Alors que voulez-vous vivre ?
Que décidez vous de vivre maintenant tout de suite ? partagez nous en commentaires.

Ce que je veux, moi, c’est vivre intensément. C’est être libre. C’est vivre avec ce qui est en moi, ce qui est en vous, ce qui est autour de moi, ce qui me nourrit, cette terre, cet air, ce soleil…

A ma place.

Et avec vous aussi, je veux profiter, être présente, être connectée ! Je veux donner le meilleur de moi-même pour que les personnes que j’accompagne se libèrent, se réalisent. Je n’attends rien d’elles. Je ne me regarde pas le nombril. Je veux juste pouvoir être présente et servir. Aider à leur guérison, aider à leur transformation, aider les personnes qui veulent mieux vivre avec elles-mêmes et avec leurs proches.

Le voyage est la destination.

Prendre soin de ses besoins

On passe notre temps à chercher notre liberté. Mais elle est là. C’est un souffle, c’est un pas, c’est une pensée, une action.

Ne vous contentez pas d’en parler, d’en rêver, expérimentez la liberté.

Nous avons la chance, en France, d’avoir une grande liberté. Profitons-en !

Agissons !

Quand l’envie vous vient de vous plaindre, respirez et demandez vous « est-ce que je suis sûre que c’est bien la vérité ? »
« En suis-je parfaitement sûre ? »

« Quel est mon besoin ? Qu’est ce que je peux faire pour commencer à satisfaire ce besoin ? »

« Qu’est-ce qui m’en empêche ? « Suis-je vraiment certaine que ça m’en empêche ou est-ce moi ? » ….. hum ?

Le pouvoir du moment présent

La joie, l’amour, la liberté. Tout est déjà en vous.

Soyez seulement là, où vous êtes. Revenez au moment présent.

 

Si cela vous parle, rejoignez mon groupe fermé « Parent apaisé, enfant connecté » sur Facebook. Profitez du soutien de toutes les mamans inspirantes et amusez-vous !

Si cela vous touche particulièrement et que vous sentez que la relation entre vous et vos enfants est abimée, contactez-moi directement pour un appel découverte de 30 minutes.

Reconnectez-vous, retrouvez l’amour, l’empathie et l’énergie qui vous manquent.
Ensemble nous pouvons le faire !

Pour lire ou relire la 1ère partie, c’est ici : « 13 réflexions d’une maman hypersensible de plus en plus zen (partie 1)« 

Ecrire un commentaire